Nos villes et nos villages

Appartenance au Pays de Bray. Liste des Communes

 

Le Pays de Bray n'a jamais été un Pays au sens historique, diocésain, administratif ou électoral, avec des frontières bien établies. Sur ce territoire approximatif, la liste des communes ne peut être dressée qu'à partir des cartes géologiques et géographiques. Ses limites sont du ressort de la logique, avec quelques règles de base.

  • Les communes dont les mairies se trouvent à l'intérieur de la dépression ou sur un front de cuesta sont tout naturellement Brayonnes. (exemples : Forges, Gournay, Neufchâtel, Songeons, Saint-Paul, Savignies, Saint-Sulpice). Dans l'axe naturel N.O.-S.E. de la Boutonnière, ses extrémités incontestables sont Saint-Vaast-d'Equiqueville au Nord et Silly-Tillard au Sud.
  • Toutes celles qui se situent sur les plateaux des revers Est et Ouest à proximité immédiate des lignes de crête, sur les terrains d'argiles à silex qui circonviennent la craie, le sont tout autant. (exemples : Campeaux, Buchy, Le Coudray-St Germer). Elles sont dans l'ombre brune de la carte Lapparent.
  • Des rivières subséquentes ont creusé de part et d'autres sur les plateaux, des vallées adjacentes aux cuestas: telles la Varenne, l'Eaulne. Nous prenons les communes situées le long de ces cours d'eau, sans trop remonter sur les versants opposés. (Exemples : Saint-Saëns, Londinières, Envermeu).
  • Sont prises également les communes dans les vallées des rivières obséquentes ou conséquentes qui prennent leur source au cœur du Bray et s'en échappent en perçant la cuesta. L'Andelle, l'Epte, la Brièvedent, le Thérain, l'Avelon, la Béthune drainent de charmantes agglomérations que nous aurions tort de négliger. (Exemples : villages le long de l'Avenue Verte après Saint-Vaast, Sigy, Fry, Nolleval, Bouchevilliers, Talmontiers, Milly-sur-Thérain, Beauvais). Nous accompagnons quelque peu ces rivières, le Thérain, l'Epte, l'Andelle et la Béthune vers Dieppe, en quittant le Bray comme à regret, sans aller trop loin bien sûre.

Par ailleurs le sentiment d'appartenance de ses habitants, ou de leurs descendants, ou de leurs voisins, est l'autre frontière. Subjective sans doute, mais tout aussi importante : celui qui prétend être brayon le sera. Il suffit d'aimer ce Pays voilà la vraie limite … et place à son Histoire.

 

M. MILLE février 2011

 
Société Historique du Pays de Bray